Ce site internet utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation et pour analyser l'utilisation de notre site internet. En cliquant sur "accepter tous les cookies", vous donnez votre consentement pour l'installation de ces cookies. Attention : certaines fonctions sur le site internet ne fonctionnent pas si vous désactivez des cookies.

Derniers articles du blog

Nouveau
Ma boîte à couture

Les 5 accessoires indispensables de ma boîte à couture.

Aujourd’hui, j’aimerais partager avec vous quelques petites astuces qui peuvent vous intéresser si vous aimez coudre ou si vous souhaitez vous lancer en couture.
J’ai commencé à coudre de façon autodidacte en 2015 et à ce moment-là, je n’avais évidement pas beaucoup de matériel.
Après avoir acquis quelques accessoires au début, dont certains que je n’utilise finalement pas souvent, avec le temps et mon évolution en couture, j’ai complété ma boîte de couture par du matériel qui m’est essentiel à ce jour et dont j’ai l’utilité quasiment à chaque cousette.
Certains ont été achetés en mercerie ou m’ont été offerts, et d’autres sont des objets du quotidien que j’ai up-cyclés pour plus de commodité dans mon atelier !

Voici donc, en plus des accessoires habituels que sont les ciseaux cranteurs, les épingles ou le mètre ruban, les 5 accessoires de couture qui me sont le plus indispensables :

Mes ciseaux de coupe Fiskars

Ciseaux de coupe Fiskars

Lorsque je me suis lancée en couture, j’utilisais des ciseaux Mapped achetés en grande surface. Ces ciseaux m’ont bien aidée au départ, mais au bout d’un certain temps, ils se sont émoussés et je me suis alors offert une paire de ciseaux de coupe pour le tissu Fiskars.
Je peux vous dire que la différence est incroyable et que je ne reviendrai jamais sur des ciseaux qui ne sont pas conçus pour le tissu. Ces ciseaux coupent le tissu beaucoup plus précisément, avec une grande facilité et sont aussi plus érgonomiques ! Ce sont des points très importants lorsqu’on coud souvent et lorsqu’il faut être très précis.
Savez-vous que si vous utilisez la même paire de ciseaux pour couper du papier ou du carton et pour couper du tissu, la lame ne coupera très vite plus du tout le tissu et aura tendance à l’abîmer. Je vous conseille alors d’avoir une paire de ciseaux pour chaque usage.
De mon côté, j’ai à ce jour pas moins de 6 paires de ciseaux pour la couture et la broderie.
Mes ciseaux Mapped ont toutefois trouvé une seconde utilité et après les avoir aiguisés, ils me servent aujourd’hui à couper le papier et les cartons pour mes patrons de couture.

Les petites pinces à tissus, la découverte que je préfère

Les petites pinces à tissus

Je crois que j’ai mis 4 ans avant de découvrir ces pinces et aujourd’hui je ne m’en passe plus !
Je les ai achetés en même temps que ma surjeteuse pour ne pas oublier une épingle sur le tissu lorsqu’il est coupé par le couteau de cette machine, car cela abime le couteau.
Les pinces sont très utiles également pour maintenir ensemble deux pièces de tissus lorsqu’il n’est pas possible d’utiliser des épingles, par exemple pour ne pas laisser de trous apparents dans le tissu utilisé lorsque c’est une pièce de cuir, de toile cirée etc.
Cependant, j’utilise aussi ces pinces pour d’autres projets avec ma machine à coudre car elles permettent d’assembler plus vite les pièces de tissus ensemble sans se piquer les doigts !
Beaucoup de marques proposent aujourd’hui des pinces à tissus de qualité. Les miennes proviennent de chez Rascol.

Le coupe-fil

Le coupe fil

J’ai découvert tout récemment cet outil lors de ma formation de modélisme avec I AM Patterns, l’été dernier. Il y en avait un dans la salle de cours et ayant oublié mon découd-vite, je l’ai souvent utilisé pour découdre mes toiles afin de les corriger après les essayages.
C’est une petite pince avec des lames pointues dont l’épaisseur est assez fine pour passer facilement sous le fil à découdre. Le coupe-fil permet alors de couper le fil au lieu de tirer dessus comme avec le découd-vite.
Marie Émilienne nous a expliqué qu’ils sont efficaces pour découdre beaucoup plus rapidement que le découd-vite, mais qu’il faut faire très attention à ne pas trouer les tissus délicats lors de leur utilisation. En effet, la lame coupe vraiment très bien.
J’utilise le mien également pour couper au plus près du tissu les petits bouts de fil qui dépassent en fin de couture.
Le mien est de marque Clover, je l’ai trouvé également chez Rascol.

Ma règle japonaise

La règle japonaise

On continue avec les découvertes lors de ma formation de modélisme où pour patronner, il est indispensable d’avoir une règle japonaise pour mesurer et tracer précisément.
C’est une règle graduée transparente et souple avec des lignes tous les demi-centimètres. La mienne mesure 50cm de long sur 5cm de large.
La règle japonaise est devenue mon outil de mesures préféré en couture en plus du modélisme car je l’utilise très souvent :
- pour reporter mes patrons de couture sur le papier avant de les couper.
- pour tracer les marges de coutures tout autour du patron lorsqu’elles ne sont pas incluses dedans.
- pour tracer à intervalles réguliers les emplacements des boutons et boutonnières à coudre.
- pour positionner un appliqué au bon emplacement sur une pièce à coudre.
Ma règle japonaise est de marque Kawaguchi, vous pouvez la retrouver chez Hamon Paris.

Mes accessoires provenant de la vie quotidienne et up-cyclés pour un usage en atelier

Mes accessoires du quotidien

Ce sont de petits couvercles de boîtes (boîtes de thé par exemple) qui me servent à récupérer mes pinces à tissus ou mes épingles quand je couds.
Je les dépose rapidement dans le couvercle posé à côté de moi pendant la couture. Une fois que j’ai terminé mon ouvrage, je les range dans leur boîte initiale ou je les pique dans mon porte épingles. Ces petits couvercles me font gagner un temps considérable et surtout, ils évitent de renverser la boîte à pinces ou à épingles avec son contenu complet par mégarde.
J’utilise également un petit pot en verre comme mini bac à déchet que je garde à portée de main pour y jeter les bouts de fils que je coupe, les peluches quand je nettoie les machines avec la brosse à charpie etc... Ainsi, mon plan de travail est toujours propre et il y a aussi moins de peluches qui s’accrochent aux tissus utilisés.
Quand le petit pot est plein je le vide simplement dans la poubelle plus grande qui se trouve sous mon plan de travail.

Voilà, j’espère que cet article vous a plu et vous sera utile pour vos futurs projets de couture !
Et si vous aussi, vous avez des accessoires bien pratiques dans votre espace couture, n’hésitez pas à les partager avec nous dans les commentaires !

Catégories : Trucs et astuces

Créatrice de l'arbre à cousettes

Laisser un commentaire